Le monde de l’informatique ne cessera jamais de faire des rebonds. L’utilisation des logiciels de caisse à certifier entrera en vigueur en 2018. Comment reconnaître ce logiciel ? Qui seront concernés par ce changement drastique ? Que vise sa mise en place ? Les réponses dans cet article.

Comment reconnaître ce logiciel ?

Pour répondre parfaitement aux normes, les logiciels de caisse classés certifiés doivent présenter les quelques critères suivants, à savoir : l’inusabilité, la sécurisation ainsi que l’archivage et la sauvegarde optimisée de toutes les données. Un organisme ayant préalablement reçu l’accréditation d’Inforcert se chargera de la vérification des logiciels auprès de tous les concernés. Tous les dispositifs qui ne portent pas la marque NF525 seront jugés inadaptés.

A qui s’adressent les logiciels de caisse à certifier ?

Les commerçants ainsi que tous les professionnels concernés par le paiement de TVA sont les principales cibles de la mise en place de ce nouveau système de caisse enregistreuse. Sur l’appareil doivent figurer la totalité des paiements reçus. Même les paiements liquides sont assujettis à cette nouvelle règle. Notons que certains acteurs du monde du commerce, à titre d’exemple les restaurateurs ont la mauvaise manie de ne pas inclure dans la comptabilité l’argent liquide perçu d’un client.

Dans quel but l’État tient-il à lancer ce logiciel ?

Le lancement de ce logiciel de caisse innovant a pour objectif principal de lutter contre les fraudes que certains commerçants commettent habituellement. Avec un bon nombre des caisses enregistreuses actuelles, il est en effet possible de ne laisser aucune trace des transactions qui ont eu cours grâce à un simple effacement de l’historique. En ayant recours à de tels subterfuges, les commerçants peuvent réduire le montant de leur capital et par conséquent, le pourcentage de TVA qu’ils doivent à l’État diminue. Pour information, les tricheries commises en termes de TVA sont l’une des premières raisons de l’état déficitaire d’un pays.